samedi 27 juin 2020

Gaudron, horloger à Paris

« Gaudron à Paris »

M. de Noisy - Rechercher - Page 5 163524_287131266_6da52a1f3d24fa2f77a2ccbccae02f8f
Pendule dite « Religieuse » en marqueterie Boulle
Mouvement signé à l’arrière et sur le ressort de Gaudron Paris
Époque Louis XIV

Cette signature correspond à l’un des ateliers parisiens d’horlogerie les plus importants, actif de la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’au milieu du siècle suivant.

Fondé vers 1660 par Antoine Ier Gaudron dit le père (vers 1640-1714), reçu maitre le 5 juin 1675,
l’atelier se développe rapidement jusqu’à son association avec ses deux fils également horlogers :
Antoine II Gaudron de Sainte-Marthe, dit fils ainé (1675-1748), reçu maitre le 7 mars 1691, Conseiller, Secrétaire du Roi, Maison et Couronne de France à la Chancellerie du Parlement de Metz,
Pierre Gaudron, le cadet (vers 1677-1745), reçu maitre le 7 mars 1694, Horloger Ordinaire du duc d’Orléans,
Après le décès de leur père, les deux frères travaillent ensemble de 1710 à 1730.

Cet atelier se distingue surtout par sa collaboration avec André-Charles Boulle pour lequel les Gaudron réalisèrent de superbes mouvements tout au long de la carrière de l’ébéniste-sculpteur.

M. de Noisy - Rechercher - Page 5 636625947811673692
Pendule-baromètre signé « Gaudron à Paris »
et sa caisse et sa gaine attribuée à André-Charles Boulle « ébéniste-marqueteur du roi Louis XIV »
Paris, fin de l’époque Louis XIV, vers 1710.

M. de Noisy - Rechercher - Page 5 163524_231662340_d14c3773ce17cef86e158649384de5e5
Pendule signé sur la façade et au dos « Gaudron à Paris »
et sa caisse et sa gaine en marqueterie Boulle
Paris, époque Louis XIV, vers 1700

bibliographie et sources :
Jean Dominique Augarde Les ouvriers du temps
Pierre Verlet; les bronzes dorés français du 18e siècle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire